notaire
Publié le - 960 vues -

Quelles SCPI à capital variable éligibles à l'assurance-vie ?

Les contrats d’assurance-vie multisupports se composent de valeurs mobilières, dont des sociétés civiles de placement immobilier ou SCPI. Ce sont des SCPI de rendement, la plupart étant à capital variable. Les assureurs proposent généralement une quinzaine à une vingtaine de ces actifs.

Des SCPI à TDVM de plus de 4% en 2018

Voici une liste de SCPI à capital variable, comprises dans ces contrats multisupports et à TDVM de plus de 4% en 2018. Ficommerce (4.61%), Patrimmo Commerce (4,60%) PFO2 (4,51%), Eurofoncière 2 (4,50%), Primovie et Primopierre ( 4,50%), Epargne Foncière (4.46%), PF Grand Paris (4.40%), Multimmobilier 2 (4.30%). Les autres SCPI suivantes sont aussi accessibles via les contrats d’assurance-vie : LF Grand Paris Patrimoine, LF Europimmo, Edissimo, Laffitte Pierre, Rivolo Avenir Patrimoine, Actipierre Europe, Patrimmo Croissance.

Notons que ce sont les meilleures SCPI de rendement qui sont proposées sur le marché : les assureurs les sélectionnent en effet en fonction de leurs performances afin de booster celles de leurs contrats, c’est-à-dire dans le but de générer un rendement élevé face à la chute de celui des fonds en euros.

Quel comparatif réaliser ?

Vous pouvez réaliser un mini comparatif entre ces SCPI certes ; cependant, mettre plutôt les contrats en avant est plus intéressant dans la mesure où c’est la politique de gestion des assureurs qui l’emporte sur celle de l’exploitant à la source (c’est-à-dire des sociétés de gestion). Soulignons en effet que les contrats sont soumis à divers frais et que les dividendes des SCPI ne sont pas distribués à 100%, ce qui en affecte le rendement.

Quel intérêt de passer par l’assurance-vie pour accéder aux SCPI ?

Les SCPI sont plus liquides une fois souscrites dans une assurance-vie : si vous souhaitezr ne plus détenir vos parts, vous êtes délesté de la contrainte de revente sur le marché secondaire. C’est l’assureur qui les reprend dans ce cas, moyennant le paiement de certains frais et dont la valeur au retrait sera évaluée suivant certains paramètres.

Par ailleurs, vous n’achetez que le nombre de parts que vous souhaitez placer dans votre assurance-vie. Si vous aviez investi en direct, vous seriez en effet dans l’obligation d’acheter un certain nombre minimal de parts imposé par la société de gestion.

Vous défiscalisez également grâce à la déductibilité des dividendes de votre SCPI. Ces derniers sont comptabilisés comme étant des versements qui sont donc touchés par ce régime fiscal favorable. Quant au moment du rachat du contrat, ce sera le régime du prélèvement forfaitaire unique ou PFU qui sera adapté, et qui touche aussi les plus-values réalisées.

En outre, le prix d’achat de la SCPI est décoté dès lors qu’elle est acquise via ce montage.

Comment choisir une SCPI à travers une assurance-vie ?

En raison de ces différents paramètres, la meilleure manière de valider son choix de SCPI dans une assurance-vie est de demander conseil à un gestionnaire de patrimoine ou d’effectuer soi-même une simulation. Toutes les SCPI des assurances-vie sont performantes les unes aussi bien que les autres certes, mais il est toujours sécurisant de se renseigner sur les autres critères tels que les provisions sur risques et le report à nouveau entre autres.

Il faut également tabler sur la durée de la conservation de l’actif, environ sur une période de 10 ans à 12 ans minimum. Cela afin de lisser les frais et la carence en dividendes provenant de l’application du délai de jouissance – qui est cependant d’un mois uniquement pour une SCPI dans une assurance-vie. Le choix des SCPI, que ce soit à travers ce produit d’épargne que par le biais de la société de gestion, doit être diversifiée : tous les conseils sur pierrick-metot.fr.