notaire
Publié le - 2550 vues -

Solliciter un gestionnaire de patrimoine pour préparer ses vieux jours ?

Businessman, Consulting, Business

L’avenir se prépare à l’avance, de préférence pendant la phase de la vie active, afin de garantir de vieux jours confortables. Bien vieillir, préparer sa retraite et transmettre son patrimoine à ses proches fait de plus en plus partie des préoccupations des Français. Afin de le réussir, il vaut mieux solliciter un conseiller en gestion de patrimoine indépendant (CGPI) : nous vous expliquons pourquoi.

 

Bien préparer sa retraite

La préparation de la retraite se fait le plus tôt possible, une fois après avoir atteint une certaine stabilité financière. Le rôle du CGPI est d’analyser l’état des revenus et des ressources de son client afin de réaliser la simulation destinée à optimiser les versements dans un produit d’épargne. En effet, il vaut mieux calculer le montant de ces derniers en fonction de sa situation financière : ni trop faible ni trop élevé, sachant que le budget d’un portefeuille doit être préalablement planifié afin d’éviter les conséquences d’une mauvaise gestion.

Le CGPI conseille sur les caractéristiques de l’épargne par rapport aux objectifs de son client : faut-il épargner sur le court terme, le moyen ou le long terme, et à quelle fréquence ? Quelle est la proportion à injecter dans un versement individuel volontaire, et comment gérer son éventuelle épargne salariale ? Rappelons que cette dernière provient de l’employeur, à partir des participations, des intéressements, des abondements ou encore des jours de congé non jouis.

Le CGPI pourra aussi émettre ses recommandations en ce qui concerne le choix du produit d’épargne, dans la mesure où il en existe pléthore sur le marché (assurance-vie, épargne pour la retraite, etc.). Toujours est-il que pour préparer efficacement ses vieux jours, il est recommandé de placer une partie de son excédent de trésorerie dans un produit ayant vocation à distribuer des rentes viagères. Le nouveau Plan d’épargne retraite PER répond entre autres à ces attentes.

Le choix du produit d’épargne se fera en tenant compte non seulement de ses spécificités (flexibilité en matière de sortie en capital avant terme), mais surtout du rendement qu’il génère.

 

Bien transmettre son patrimoine à ses proches

Bien transmettre son patrimoine à ses proches évite souvent les conflits et les tensions familiales : il vaut donc mieux s’en charger dès son vivant. L’avantage : avoir le contrôle de ce que l’on transmet et du choix du bénéficiaire, sachant que le partage doit être équitable et qu’il tient compte de la réserve héréditaire ainsi que de la quotité disponible.

Le CGPI est en connaissance des règles successorales et de toutes les dispositions juridiques afférentes à la transmission d’un patrimoine, qu’il soit réalisé entre vifs ou au moment de la succession. Il analyse avant tout la composition patrimoniale, qui englobe à la fois les actifs et les passifs. Il recueille les volontés de son client : quels actifs souhaite-t-il transmettre à l’avance, et qui en sont les bénéficiaires ? Il conseille également sur la meilleure manière de réaliser les opérations : via la donation ou le démembrement. En ce qui concerne la rédaction d’un testament, les volontés de son client seront recueillies avant son décès certes, mais la transmission proprement dite n’a lieu qu’au moment de la succession.

Le CGPI met également en avant tous les avantages d’une transmission anticipée, dont la réduction fiscale. Elle prend la forme d’un abattement dans le cas d’une donation, et d’une exonération d’impôt dans le cas d’un démembrement de propriété, en particulier pour le nu-propriétaire. Le CGPI est donc celui qui apporte les réponses à différentes questions : quand réaliser la transmission, que transmettre, qui en sont les bénéficiaires et comment défiscaliser ?