notaire
Publié le - 26 vues -

De nombreux épargnants ne savent plus où investir

Les épargnants sont à la recherche de placements refuges pour sécuriser leur argent. Pourtant, avec la crise économique née de la pandémie Covid-19, la majorité des produits d’investissement proposés sur le marché connaissent un certain bouleversement et une baisse généralisée des rendements.

Des épargnants frileux et à faible appétence pour investir

C’est surtout par rapport au krach boursier sans précédent qui a eu lieu en février-mars 2020 que la majorité des épargnants a cédé à la panique. Ce krach s’est d’ailleurs répercuté sur tous les produits considérés comme « sûrs » avant la crise, comme l’assurance-vie qui repose sur les contrats multisupports utilisant des unités de comptes, ou encore les produits pierre-papier comme les OPCI (organismes de placement collectif immobilier). Ces derniers exploitent en effet des produits boursiers et ont ainsi été affectés par la période de turbulences.

La réadaptation des portefeuilles par rapport à la nouvelle donne s’avère ainsi incontournable, ce qui fait que nombreux sont les épargnants qui préfèrent attendre, et observer l’évolution de la situation avant de prendre une décision sur leur épargne, et qui sera la plus prudente.

Graphique, Diagramme, Récession

Quid de la situation économique actuelle ?

Les épargnants sont très attentifs à l’évolution de la situation économique qui connaît un fort ralentissement depuis la fin du confinement. Elle reprend progressivement avec la réouverture de la majorité des secteurs, sans que le retour à la normale de la situation soit néanmoins attendu d’ici les prochains mois encore. Les économistes tablent sur un rebond éventuel du PIB vers la fin du troisième trimestre ; toujours est-il que l’économie demeurera probablement en récession jusqu’à la fin de l’année 2020, voire même au-delà. Cette crise va perdurer, selon les prévisions des spécialistes, et pourrait encore s’étendre sur l’année 2021.

Quel comportement adopter ?

Or, laisser dormir son épargne pendant une durée indéterminée n’est pas recommandé, en raison de l’inflation qui va provoquer une perte de valeur des encours. Il est plutôt question de réétudier tous les produits commercialisés et de les décortiquer afin de décider lequel est le plus intéressant face à la nouvelle donne économique et surtout, en rapport avec son propre profil d’investisseur. Relancer les placements est donc fortement conseillé, mais avec les armes adéquates afin de se protéger d’une préjudiciable perte en capital éventuelle.

Consulter un conseiller en gestion de patrimoine est donc primordial afin de réaliser le meilleur choix et ce, sur ses recommandations totalement individualisées.

Il existe cependant plusieurs produits qui demeurent des valeurs refuges, et qui sont, sans grande surprise, l’immobilier et ses dérivés, puis les places de parking dont le placement est encore peu connu, ensuite l’or.

L’immobilier et ses dérivés

Il s’agit de l’immobilier physique et des produits pierre-papier qui sont plus précisément les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). Attention aux OPCI (organismes de placement collectif immobilier) ainsi que les SIIC (sociétés d’investissement immobilier cotées). Les OPCI reposent sur des actions et des obligations dont le rendement est encore très précaire. Quant aux SIIC, ce sont des actifs cotés en bourse.

Les places de parkings

Les places de parking sont aussi à l’abri de la crise en raison de la forte demande et du maintien de sa rentabilité attractive qui peut varier entre 5% à 10% brut, voire plus. De plus, ce ne sera pas le Code de l’habitation qui sera en vigueur dans un tel placement, mais plutôt le Code civil, d’où une gestion plus assouplie. Pas d’entretien spécifique à faire, et les risques de dégradation sont quasi inexistants.

L’or

L’or est un produit de diversification qui conserve ses caractéristiques de valeur refuge, et son cours est beaucoup moins volatil que celui des actifs boursiers. Ne pas oublier que « l’or papier » est aussi intéressant pour ceux qui ne souhaitent pas investir de manière directe.